LES ANIMALERIES

 

Il est important de garder à l'esprit, qu'un animal n'est pas un objet que l'on peut acheter dans un magasin.

Il existe plusieurs sortes d'animaleries. De certaines, on peut légitimement se demander, pour quelles raisons, elles sont toujours ouvertes, tant les conditions d'hygiène et d'approvisionnement en animaux, y sont plus que douteuses. Les animaleries des Quais de la Mégisserie, à Paris, illustrent particulièrement ce scandale.

Les animaux, contrairement aux discours des vendeurs, ne proviennent pas de chez des particuliers. Mais d'élevages concentrationnaires, implantés dans les pays de l'Est. Chiots et chatons, avant de rejoindre ces animaleries, voyagent dans des conditions telles, que beaucoup meurent durant le transport. Ce sont de plus, des animaux n'ayant que rarement, 2 mois. Ils transitent d'abord par la Belgique, où on leur établit des papiers, faussant alors leur lieu de naissance. Les voici donc officiellement, nés dans un pays de la CEE.

Les vaccins, n'en parlons pas. D'ailleurs, la loi de janvier 99 ne les rend pas obligatoires. Ce qui est obligatoire, c'est l'identification (puce ou tatouage).

Dans les animaleries des Quais de la Mégisserie, chiots et chatons sont alors proposés au public, à des prix astronomiques. Imaginez un chaton persan, sans pedigree, qui n'a de persan que le nom, présentant une conjonctivite, un poil en très mauvais état, proposé au prix de 1400 euros ! Dans un élevage familial, c'est déjà le prix d'un chaton vendu en reproduction, pouvant honorablement concourir. Un chaton de compagnie, persan, dans un élevage familial, coûte environ 600 euros. Et pour ce prix, l'acquéreur repart avec un chaton de 3 mois, complètement vacciné, en bonne santé, et doté d'un pedigree LOOF qui atteste de son appartenance à sa race.

Car dans ces animaleries, il faut savoir qu'en prime, les vaccins sont en sus !

____________________

 

Toutes les animaleries, ne sont heureusement pas ainsi. De grandes chaînes de magasins de jardinage, comme Truffaut, Jardiland... offrent aussi au public la possibilité d'acquérir un chaton ou un chiot de race, souvent avec pedigree.

Ces animaux proviennent la plupart du temps, d'éleveurs français. Mais est-ce beaucoup mieux d'acquérir son chaton dans ce type de magasin ? Non.

Il faut savoir que pour présenter un chaton de manière attractive, il doit être jeune. Ces chatons sont donc vendus à partir de 8 semaines, par leurs éleveurs, à l'animalerie, qui va s'efforcer de les vendre avant leurs 3 mois. Plus un chaton est petit, plus il plaît. Or, tout éleveur sait que la période de socialisation, s'étend sur une période beaucoup plus longue. Une chatte ne se désintéresse pas de ses chatons, à 8 semaines ! Dans les populations de chats errants, on a constaté que les chatons demeurent souvent sous la protection de la mère, jusqu'à 6 mois. C'est assez normal. Comment un jeune chaton pourrait-il survivre, livré à lui-même alors qu'il est encore incapable de se défendre ?

De plus, quel éleveur digne de ce nom, peut accepter de se décharger sur un vendeur en animalerie, du soin de placer des chatons qu'il a vu naître, se développer, qu'il a soignés, parfois biberonnés ?

Les éleveurs familiaux sélectionnent leurs acquéreurs, l'objectif étant de ne vendre leurs chatons, qu'à des familles qui s'en occuperont parfaitement et les entoureront d'affection. Ils refusent une vente si le feeling avec le potentiel acquéreur ne passe pas. Ils sont à même de conseiller tel ou tel chaton, car la personnalité de ce dernier correspond mieux aux attentes de l'acquéreur et à la propre personnalité de ce dernier. Ils connaissent parfaitement la race qu'ils élèvent contrairement au vendeur de l'animalerie, ils peuvent répondre à toutes les questions qui peuvent surgir par la suite. Ils peuvent assurer un suivi et sont bien plus disponibles pour cela.

Quel éleveur digne de ce nom, trouve normal que pendant des jours et des jours, ses chatons vont se retrouver derrière une vitrine, dans le bruit et l'animation d'une animalerie, dans laquelle ils passeront la nuit ? Si les éleveurs familiaux sortent parfois leurs chatons en expo pour les faire concourir, cela ne dure que 2 jours, l'éleveur est une présence rassurante aux côtés de ses chatons, et le soir, ceux-ci retrouvent leur maison. Imaginons le stress éprouvé par de jeunes chatons, qui ont perdu tous leurs repères et vont se retrouver plusieurs jours de suite, dans un environnement bruyant.

Alors ne favorisez pas de telles méthodes, indignes d'un éleveur sérieux. Si vous cherchez un chaton, adressez vous vers un éleveur familial. Vous trouverez sur le Web, en effectuant une recherche par race, via un moteur de recherches comme Google, de nombreux sites d'éleveurs, ou des annuaires Internet regroupant les éleveurs par région et race élevées. Vous pouvez aussi trouver les coordonnées d'éleveurs, dans la presse féline, aux rubriques "petites annonces". N'hésitez pas à contacter plusieurs éleveurs, il est important qu'une relation de confiance s'établisse entre vous et l'éleveur. Prenez votre temps, ne vous précipitez pas. Votre chaton vivra, sauf incident (un animal n'est pas un objet incassable) une quinzaine d'années. Cela mérite bien de patienter quelques mois, quand vous avez arrêté votre choix sur un éleveur sérieux, d'attendre qu'il y ait des chatons disponibles. Méfiez-vous des éleveurs qui peuvent vous proposer des chatons toute l'année...


Retour Page "Divers"

 
 


              Copyright © Darkness Sphynx